Dépression et Rejet du Conjoint : 8 Stratégies de Soutien

Sommaire :

PHotographie d'un couple faisant face à la dépression

La dépression est une maladie qui affecte directement la personne qui en souffre, et indirectement ses proches.

En effet, il n’est pas rare que les proches se voient rejetés par la personne en souffrance, et ne sachent comment réagir.

Pourtant, les proches, et particulièrement les conjoint·es, peuvent avoir un rôle essentiel dans le soutien et la guérison de leur partenaire.

Alors que faire ?

C’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui :

  • Comment gérer la dépression et le rejoint du conjoint ;
  • 8 conseils pour aider votre proche en souffrance ;
  • Les choses à ne pas lui dire ;
  • Et bien plus…

Sommaire :

Photographie d'un couple se tenant la main

Qu’est-ce que la dépression ?

La dépression est une maladie qui influence négativement la manière dont une personne se sent, pense et agit.
Elle se manifeste par plusieurs symptômes qui persistent pendant au moins deux semaines :

  • Tristesse persistante
  • Perte d’intérêt ou de plaisir pour les activités quotidiennes
  • Sentiments de désespoir, de culpabilité ou de dévalorisation
  • Perte d’énergie ou fatigue excessive
  • Troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie)
  • Changements d’appétit (perte ou gain de poids)
  • Difficultés de concentration
  • Agitation ou ralentissement psychomoteur
  • Pensées suicidaires ou idées de mort.

Or, ces différents symptômes fragilisent la gestion des émotions.

Résultat : les personnes en dépression sont souvent particulièrement irritables.

Et malheureusement, ce sont généralement les proches du malade qui subissent le plus cette irritabilité : les ami·es, la famille, le·la partenaire.

Pourquoi ?

Car le malade a confiance en ces personnes, et il sait qu’elles ne vont pas le laisser totalement tomber s’il s’énerve.

Mais cette irritabilité n’est pas sans conséquences. En effet, se faire rejeter quand on essaie d’aider peut faire monter en nous une impression d’injustice et engendrer de la colère.

Or, si on s’énerve en retour, notre conjoint·e pourrait cesser de communiquer et s’isoler, ce qui renforcerait son sentiment de solitude et les symptômes liés à la dépression.

Alors comment réagir ?

Voici nos 8 conseils pour mieux gérer la dépression et le rejet du conjoint :

1. Faire preuve d'empathie et d'écoute active

Écoutez attentivement ce que votre partenaire ressent et les difficultés qu’il rencontre.

Adoptez une attitude empathique en validant ses émotions sans jugement.

Nous souhaitons souvent apporter une solution aux problèmes des gens qu’on aime, mais il n’y a pas de réponse simple et rapide à une dépression.

Parfois, écouter est plus bénéfique que de chercher des solutions.

Il est important de choisir ses mots avec soin pour éviter d’aggraver la situation.

Voici quelques exemples de ce qu’il vaut mieux éviter de dire à son partenaire qui souffre de dépression, ainsi que des alternatives plus bienveillantes :

Ne dites pas : “Tu devrais te secouer un peu.”

Dites : « Je ne peux pas savoir exactement ce que tu ressens, mais je suis là pour toi. »

Pourquoi ? La dépression est une maladie et non simplement une question de volonté. Elle peut notamment s’expliquer par des troubles biochimiques et/ou hormonaux. Les personnes qui en souffrent ne sont ni faibles ni fragiles, et ce type de commentaire minimise la gravité de la dépression, faisant sentir à la personne qu’elle est responsable de son état.

Ne dites pas : “Il y a des gens dans des situations bien pires que la tienne.”

Dites : « Comment puis-je t’aider à…? »

Pourquoi ? Chaque personne vit sa propre réalité et la douleur qu’elle ressent est bien réelle pour elle. Comparer les souffrances ne fait que renforcer le sentiment de culpabilité et d’isolement.

Ne dites pas : “C’est juste dans ta tête.”

Dites : « Peux-tu m’aider à comprendre ce que tu ressens ? »

Pourquoi ? Cette phrase peut invalider les sentiments de la personne et la décourager de chercher de l’aide.

En choisissant des mots bienveillants et en offrant un soutien inconditionnel, vous contribuerez au processus de guérison de votre proche.

Pour comprendre la maladie et son fonctionnement, renseignez-vous sur la dépression en lisant des articles, des livres ou en consultant des professionnel·les de santé. Si vous êtes sur cet article, vous êtes déjà sur la bonne voie !

Continuez à explorer notre site pour trouver des ressources et des conseils précieux pour vous aider à soutenir votre conjoint et à mieux comprendre cette maladie complexe.

Vous pouvez par exemple consulter notre guide complet pour les proches.

Photographie d'un couple qui parle au café

2. Trouver le bon équilibre

Pour assurer un bon équilibre, encouragez votre partenaire à prendre des décisions et à s’engager dans des activités à son propre rythme.

Dites-lui par exemple : « Je te soutiens dans tes choix et initiatives. »

Proposez votre aide sans être envahissant·e.

Par exemple, vous pouvez lui dire : « Je suis là pour t’aider si tu en as besoin, mais je te laisse décider comment tu veux procéder. » 

Laissez à votre partenaire l’espace nécessaire pour agir et prendre des décisions par lui-même, tout en lui montrant que vous êtes disponible en cas de besoin.

3. L’encourager à recevoir de l’aide professionnelle et à suivre les prescriptions médicales

Les personnes dépressives peuvent avoir honte de leur condition ou douter de l’utilité des traitements.

Pourtant, le suivi d’une thérapie et éventuellement la prise de médicaments permettent de soigner efficacement la dépression.

Si votre conjoint·e n’a pas encore vu un·e professionnel·le de santé, encouragez-le à consulter son médecin généraliste ou un·e psychiatre par exemple.

Et s’il est déjà suivi, assurez-vous qu’il prenne bien les médicaments prescrits et respecte les rendez-vous médicaux.

Proposez-lui de l’accompagner chez le médecin si cela peut le rassurer.

Bonus : si le médecin est d’accord, assistez à une séance pour mieux comprendre ce que traverse votre partenaire et comment l’aider au mieux.

4. Rester patient·e tout au long de son processus de guérison

La guérison de la dépression est un processus long et complexe.

Votre patience est essentielle pour offrir un soutien constant.

Restez aux côtés de votre partenaire, même si ses progrès sont lents.
Rappelez-vous que des hauts et des bas font partie du cheminement vers le rétablissement.

Photographie d'un couple se tenant la main

5. Proposer des activités avec des mini-objectifs

Invitez votre partenaire à participer à des sorties ou des activités simples pour l’aider à réactiver son système de récompense.

Un « système de récompense » est un ensemble de circuits dans le cerveau qui nous fait ressentir du plaisir et de la satisfaction.

Proposez des activités qu’il appréciait auparavant et fixez ensemble de petits objectifs réalisables.

Par exemple, une promenade dans le parc ou une soirée cinéma à la maison.

Respectez son rythme et ne le forcez pas à faire des choses qu’il ne se sent pas prêt à faire.

6. Valoriser ses progrès

Les personnes souffrant de dépression ont souvent une vision négative d’elles-mêmes et de leur avenir.

Pour aider votre conjoint à retrouver confiance en lui, soulignez ses petits succès et ses progrès, même les plus modestes.

Par exemple, vous pouvez lui dire : « Je suis fier·ère de toi pour avoir fait cette tâche aujourd’hui » ou « C’est un grand pas en avant d’avoir pris cette décision ».

Cela peut aider à renforcer leur estime de soi et à encourager davantage d’efforts positifs.

Cela ne fonctionne pas forcément du premier coup ; votre conjoint restera parfois enfermé dans sa vision négative. Là encore, patience et persévérance seront vos alliés !

7. L'aider au quotidien

La dépression entraîne souvent une perte d’énergie et de motivation, rendant les tâches quotidiennes difficiles à accomplir.

Pour atténuer ce symptôme, aidez votre partenaire à gérer les tâches quotidiennes en les découpant en étapes plus petites et plus gérables.

Par exemple, divisez le ménage en petites tâches comme faire la vaisselle, puis plus tard, passer l’aspirateur.

Offrez de l’aide pour des tâches spécifiques, tout en l’encourageant à en accomplir certaines par lui-même.

8. Repérer les signes d'alerte

Quoi que vous disiez ou fassiez, il est possible qu’une personne dépressive ait tout de même des pensées suicidaires.

Si votre partenaire a déjà fait un ou plusieurs tentatives de suicide, restez à l’affut des signes suivants :

  • Parler du fait d’avoir envie de mourir ;
  • Exprimer le fait d’être un fardeau pour les autres ;
  • Ressentir du désespoir ou une tristesse extrêmes ;
  • Évoquer un don de biens ou la rédaction d’un testament ;
  • Faire des déclarations ambiguës sur le fait de ne plus être là dans le futur.

Si vous repérez des signes d’alerte :

  • Parlez-en ouvertement avec la personne ;
  • Demandez-lui de voir un·e professionnel·le de santé ;
  • S’il y a un risque immédiat : ne laissez pas la personne seule et contactez le Numéro National de Prévention du Suicide au 31 14.

L’objectif, c’est de donner les clés pour aider à surmonter les difficultés, une à la fois. C’est un processus long qui demande des efforts de chaque côté !

Pourquoi mon conjoint me rejette ?

Si votre conjoint souffre de dépression, il peut se montrer distant.

Ce comportement est souvent une conséquence directe de la maladie elle-même.

La dépression provoque une perte d’intérêt pour les relations sociales et une incapacité à ressentir du plaisir, y compris avec les personnes les plus proches.

Ce phénomène, appelé anhédonie, fait que même les activités ou les relations qui autrefois apportaient joie et satisfaction ne suscitent plus les mêmes émotions positives.

Votre conjoint peut également se sentir coupable de sa condition. La dépression engendre fréquemment des sentiments de culpabilité, car la personne touchée peut se croire responsable de son état et s’imaginer qu’elle est un fardeau pour ses proches.

Par conséquent, elle peut préférer s’isoler pour éviter de vous « imposer » sa souffrance et pour ne pas aggraver la situation par sa présence.

Il est important de ne pas prendre ce rejet personnellement, mais de comprendre qu’il s’agit d’un symptôme de la dépression.

Photographie d'udn couple qui parle

Que faire si mon conjoint refuse toute aide ?

Il n’est pas rare qu’une personne dépressive refuse l’aide proposée.
Elle peut ne pas se sentir digne de soutien, ou croire que rien ne pourra améliorer sa situation.
Dans ces cas, il est crucial de rester présent·e et de montrer votre soutien inconditionnel.
Proposez de petites actions qui peuvent sembler plus acceptables, comme accompagner votre conjoint chez le médecin ou participer ensemble à des activités simples.
Il est aussi important de respecter son rythme et de ne pas le forcer à accepter une aide qu’il refuse catégoriquement, tout en restant vigilant aux signes de détérioration de son état.

Si votre conjoint·e nie la maladie :

La personne dépressive peut refuser l’aide en affirmant que “tout va bien, il ne faut pas s’inquiéter”, même si elle montre clairement des signes de détresse.

Cela peut être une façon de minimiser sa propre souffrance, ou d’éviter de vous inquiéter. Ce déni complique la situation pour vous : vous pouvez ne plus savoir comment aider face à cette attitude rassurante mais trompeuse.

Dans ce cas, essayez de discuter des bienfaits de voir un·e professionnel·le de santé pour un simple bilan de bien-être, sans insister sur le terme « maladie ».

Si la personne pense ne pas pouvoir être aidée :

Elle peut se sentir désespérée ou croire que rien ne peut l’aider. Parlez-lui des différentes thérapies disponibles et de leur efficacité prouvée.


Par exemple, vous pouvez dire : « Est-ce que tu as envisagé d’en parler à ton médecin ? »

Si votre conjoint n’ose pas aller voir un·e professionnel·le, vous pouvez lui parler de l’application Feel. 

Si la personne rejette toute aide et ne veut rien faire :

La personne dépressive peut également repousser son partenaire par des mots, des actions ou une attitude distante, à cause d’un sentiment d’irritabilité, de frustration, ou d’un besoin de s’isoler pour faire face à sa souffrance intérieure. Elle peut aussi éprouver un sentiment de désespoir, croyant que personne ne peut vraiment comprendre ou aider, ou se sentir indigne de votre amour ou de votre soutien.

Ces formes de rejet sont des mécanismes de défense inconscients pour gérer leur souffrance. Les comprendre permet d’offrir un soutien efficace. Si la personne rejette toute aide et ne veut rien faire, respectez ses sentiments tout en restant présent·e et ouvert·e.

Proposez des activités simples sans pression, comme une promenade ou regarder un film ensemble. Dites-lui que vous êtes là pour elle et soyez attentif·ve aux signes de détérioration.

Par exemple, vous pouvez dire : « Je suis là pour toi, je ne te lâcherai pas. Si tu veux parler ou faire quelque chose ensemble, je suis disponible. »

Ces attitudes peuvent aider à traverser ensemble les défis posés par la dépression.

Retour des sentiments et libido ?

La dépression affecte également la libido.

La personne dépressive peut ressentir une diminution de son désir sexuel et une distance émotionnelle.

Cela ne signifie pas qu’elle ne vous aime plus, mais que la maladie impacte sa capacité à exprimer et ressentir ses émotions.

De plus, certains antidépresseurs peuvent avoir des effets secondaires qui réduisent la libido.

La patience et la compréhension sont essentielles dans ces moments. Encourager la communication ouverte sur ce sujet peut aider à maintenir une connexion émotionnelle, même si la relation physique est temporairement affectée.

Prenez soin de vous également pour ne pas sombrer

Vivre avec une personne dépressive peut être éprouvant.
En tant que proche aidant, vous pouvez ressentir :

  • De l’incompréhension ou du déni pour éviter des émotions difficiles à vivre ;
  • De la colère pour vous défendre face à une situation jugée injuste ;
  • De la tristesse ou le sentiment d’être exclu de la sphère du malade ;
  • De la déception ou de la culpabilité de ne pas réussir à aider suffisamment ;
  • De la honte ou la peur d’être stigmatisé ;
  • De la peur du futur ou de l’hérédité du trouble vis-à-vis des enfants…

Il est essentiel d’accepter ces émotions pour mieux les gérer, et éviter qu’elles n’aggravent la situation.
En prenant conscience de ce que vous ressentez, vous serez mieux préparé à soutenir votre proche de manière constructive et à préserver votre propre bien-être.

Cela vous incitera aussi à être patient·e et à consacrer plus d’énergie pour soutenir votre proche.

Malgré tous vos efforts, soutenir un proche dépressif est éprouvant et peut impacter votre propre bien-être. Il est crucial de prendre soin de vous, pour que cela n’impacte pas votre propre santé mentale :

  • Fixez des limites : Définissez ce que vous pouvez faire sans vous épuiser.
  • Prenez du temps pour vous : Engagez-vous dans des activités qui vous font plaisir et vous détendent.
  • Soyez attentif·ve à vos propres besoins émotionnels :
  • Reconnaissez vos sentiments et ne vous sentez pas coupable de les ressentir.
  • Informez-vous : Plus vous comprendrez la dépression, mieux vous pourrez gérer votre rôle de soutien.
  • Si vous en ressentez le besoin, vous pouvez consulter un·e professionnel·le de santé pour vous apporter du soutien.

En prenant soin de vous, vous serez mieux préparé à aider votre partenaire tout en maintenant votre propre équilibre.

Que retenir ?

  • La dépression est une maladie réelle qui nécessite un soutien et une aide appropriés.
  • Ecoutez et soutenez sans jugement: Offrez un espace d’écoute attentive et bienveillante, laissez votre conjoint exprimer ses émotions sans jugement, validez ses sentiments et faites-lui comprendre que vous êtes là pour lui.
  • Renseignez-vous sur la dépression: Lisez des livres, des articles ou consultez des sites web fiables pour vous informer sur la maladie et ses traitements.
  • Encouragez le malade à se faire soigner: Encouragez-le à consulter un médecin ou un psychologue, proposez de l’accompagner aux rendez-vous s’il le souhaite.
  • Proposez des activités et valorisez les progrès: Invitez-le à participer à des sorties ou des activités simples, fixez des petits objectifs réalisables, respectez son rythme et ne le forcez pas à faire des choses qu’il ne se sent pas prêt à faire, valorisez ses succès et ses progrès.
  • Repérez les signes d’alerte: Parlez ouvertement des pensées suicidaires, demandez-lui de voir un·e professionnel·le de santé, si risque immédiat : ne le laissez pas seul et contactez le Numéro National de Prévention du Suicide au 31 14.
  • La dépression provoque une perte d’intérêt pour les relations sociales et une incapacité à ressentir du plaisir, y compris avec les personnes les plus proches. 
  • Il est important de ne pas prendre ce rejet personnellement, mais de comprendre qu’il s’agit d’un symptôme de la dépression.
  • Prenez soin de vous également. Soutenir un conjoint dépressif peut être épuisant. Accordez-vous du temps pour vous détendre et recharger vos batteries.
  • N’hésitez pas à demander de l’aide. De nombreuses ressources sont disponibles pour vous soutenir, vous et votre conjoint, dans cette épreuve.

Continuer à Apprendre

GUIDE PDF GRATUIT

Une action par jour pour commencer à aller mieux

Abonnez-vous à la newsletter et obtenez gratuitement le guide :

“7 jours pour sortir la tête de l’eau”.

Découvrez des exercices pratiques pour mieux gérer vos émotions et à retrouver confiance en vous.